Accueil du site > Collections > Grandvaux junior > LES SŒURS KOUMBA, Un fabuleux voyage au Sénégal

Un certain nombre de nos livres sont disponibles en numérique sur :

http://www.cyberlibris.com
https://dawsonera.com

Éditions GRANDVAUX
18410 BRINON-SUR-SAULDRE
Tél. : +33(2) 48 58 55 58
editionsgrandvaux hotmail.com
Mail : cliquez-ici

Comment acheter nos livres

Dans toutes les bonnes librairies

Commander chez notre diffuseur Humensis

LES SŒURS KOUMBA, Un fabuleux voyage au Sénégal

Yasmine Sweetlove

lundi 17 mars 2014

ISBN : 978-2-909550-93-0
Code Belin : 645093
Format : 24 x 16 cm
Nombre de pages : 88
Prix : 19€
Autres infos : Photographies et dessins couleurs
Date de publication :

Les soeurs Koumba raconte un voyage initiatique à travers la savane
sénégalaise. Les deux jeunes filles, Koumba avec maman et Koumba sans
maman, ont deux caractères bien différents. L’une est méchante et
irrespectueuse, l’autre douce et gentille.
Elles vont parcourir de longs chemins jusqu’à la grande mer et devront
ramener un coquillage à deux couleurs pour pouvoir se marier avec le
guerrier de leur choix.
Lors de cette épopée, elles vont faire de multiples rencontres : un baobab
qui cueille ses pains de singe, une vieille dame qui pile du mil, un homme
lion…

P.-S.

Après nous avoir emmené à la découverte des Pêcheurs du Sénégal, Yasmine Sweetlove nous offre une deuxième approche de la culture sénégalaise. Elle illustre ce conte africain par ses dessins et ses photos, dont l’inspiration lui est venue lors de séjours parmi les Bédiks, un peuple isolé des montagnes du sud-est du Sénégal. C’est sous le manguier vénérable de la concession familiale de Thiès que Philippe Apack a découvert émerveillé les récits fantastiques que lui racontait sa maman, Marguerite Pissarello, issue d’une famille métisse. Ensemble ils nous transmettent ce conte traditionnel.

RAYON : JEUNESSE

MOTS CLÉS : AFRIQUE - SÉNÉGAL - CONTE - INITIATION -

Auteur : Yasmine Sweetlove
Préface :
Presse : http://www.lechoixdeslibraires.com interview de yasmine sweetlove 1. Qui êtes-vous D’origine belge Flamande, née dans le sud Marocain et grandie dans plusieurs pays d’Afrique noire. La passion de la photo m’est venue assez tôt, j’essaye à travers de l’objectif de mon appareil, de saisir l’intensité des rapports existants entre l’homme et l’environnement qui l’entoure, sans négliger l’aspect culturel et l’histoire des tribus dans lesquelles je m’intègre. Après vous avoir emmener à la découverte des « Pêcheurs du Sénégal », ce livre est une deuxième approche de la culture sénégalaise. J’ illustre ce conte Africain « Les sœurs Koumba »par des dessins et des photos, dont l’inspiration m’est venue lors de séjours parmi les ethnies Bédiks isolées des montagnes du Sud Est du Sénégal. Mon but, est de participer à mon niveau à l’échange culturel Nord Sud, et faire connaître au plus grand nombre la richesse de l’imaginaire Africain. Native du Sénégal d’avant l’indépendance et issue d’une famille métisse et multi culturelle, Marguerite Pissarello, institutrice à la pédagogie très appréciée par ses pairs et ses élèves, à transmis à ses enfants la fierté et le goût des traditions Africaines. Ainsi, c’est sous le manguier vénérable de la concession familiale de Thiès, que son fils ainé, Philippe Apack a découvert émerveillé les récits fantastiques que lui raconta sa maman. 2) Quel est le thème central de ce livre ? Cette histoire vient de la tradition orale. Les sœurs Koumba racontent un voyage initiatique à travers la savane africaine. Les deux jeunes filles, « Koumba avec maman » et « Koumba sans maman », ont deux caractères bien différents. L’une est méchante et irrespectueuse, l’autre douce et gentille. Elles vont parcourir de longs chemins jusqu’à la grande mer et devront ramener un coquillage à deux couleurs pour pouvoir se marier avec le guerrier de leur choix. Lors de cette épopée, elles vont faire des rencontres : un baobab qui cueille ses pains de singe, une vieille dame qui pile du mil, un homme lion ... En Afrique, la relation entre la population et les croyances mystiques reste très forte. Les traditions imprègnent le quotidien du peuple qui en tire sa force et ses convictions. Dans ce livre, ce qui me plaît particulièrement, c’est la morale qui montre que lorsque l’individu bafoue les croyances animistes et les traditions millénaires, il s’écarte des autres et s’expose à la punition des esprits, qui entraîne souvent la folie ou la mort. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? « Tu ne respectes donc rien ma fille : lui cria l’arbre. Tes paroles, plus que tes pierres m’ont blessé. Sache, que méchanceté se paye avec méchanceté. » Elle rencontra aussi la marmite et son riz en train de bouillir, dont elle se moqua, sans vergogne. Elle la renversa à coups de pied rageurs et partit sans entendre ses supplications. « - Mon riz, mon bon riz parfumé, par terre, perdu ! Je ne pourrai plus nourrir le voyageur épuisé, l’oiseau affamé ou le Djinn de la forêt qui me réclame. Quel affront, quelle tristesse. Vraiment méchante fille, tu ne l’emporteras pas au paradis. » 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?      Une musique qui me vient à l’esprit, c’est la chanson « Ouvre moi la porte toi qui a la clé » de Enrico Macias, qui parle aussi d’initiation, et des moyens à mettre en œuvre pour devenir adulte et s’intégrer dans sa société. {Refrain:} Ouvre-moi la porte toi qui a la clef De la grande école du monde Ce n´est pas facile de te faire entrer Mais je vais quand même essayer. 1. Tu devras d´abord choisir un bon métier Et le faire avec passion Vivre avec les gens, apprendre à les aimer Sans te faire trop d´illusions Protéger la vie de l´arbre et du ruisseau Te faire des amis parmi les animaux Vivre dans l´espoir et chanter quand il pleut Alors tu seras heureux. {Refrain} 2. Tu seras soldat non pas pour faire la guerre Du moins j´ose l´espérer Quand tu t´en iras, je suis sûr que ta mère Se cachera pour pleurer Tu découvriras qu´il y a sur la terre Deux hommes sur trois qui sont dans la misère Libre de partir, tu verras mon petit Que rien ne vaut ton pays.(Refrain} 3. A tous les instants il te faudra choisir Entre le bien et le mal Tu auras souvent l´occasion de souffrir Et d´oublier c´est normal Alors c´est l´amour que tu rencontreras Ce sont des beaux jours tu sais que ces jours-là Et puis un enfant qui te fera vieillir Tendrement viendra te dire.                    5) Qu'aimeriez-vous partager avec les lecteurs en priorité ?   En faisant cet ouvrage, j’ai souhaitée partager avec les lecteurs un peu de l’imaginaire et des croyances animistes des peuples Africains. En tant que première vraie religion de l’humanité, l’animisme explique de façon simple basé sur l’expérience des anciens et des initiés, comment l’homme doit se comporter face à la nature et aux évènements qui jalonnent la vie. Dans le conte Africain, on retrouve souvent les mêmes morales que dans les contes occidentaux, et l’on peut y voir un moyen de rapprocher les êtres humains, malgré leurs différences et leur éloignement. Les Djinns du Sénégal sont peut être les cousins éloignés des sorcières ou des lutins de chez nous ?
Extraits :

Portfolio