Un certain nombre de nos livres sont disponibles en numérique sur :

http://www.cyberlibris.com
https://dawsonera.com

Éditions GRANDVAUX
18410 BRINON-SUR-SAULDRE
Tél. : +33(2) 48 58 55 58
editionsgrandvaux hotmail.com
Mail : cliquez-ici

Comment acheter nos livres

Dans toutes les bonnes librairies

Commander chez notre diffuseur Humensis

Bleu caporal, poèmes de Manu Paris

Manu Paris appartient autant à la suite logique et naturelle des humains qu’à l’univers minéral de son terroir, à sa rivière qui l’entraîne vers le bec d’Allier et la Loire. Et n’oublions pas, afin de faire mieux connaissance, puisqu’il s’agit ici d’une présentation originale, les musiques que chante sa cornemuse bourbonnaise. A rappeler l’enchaînement des images, la musique des mots et l’originalité des poèmes soufflés par une inspiration d’évidence. Un souffle de bocage.

Bleu caporal

Manu Paris

dimanche 8 janvier 2017

ISBN : 978-2-37163-005-5
Code Belin :
Format : 15x18,5 cm
Nombre de pages : 63 pages
Prix : 10€
Autres infos : poèmes et photographies N&B
Date de publication :

Manu Paris appartient autant à la suite logique et naturelle des humains qu’à l’univers minéral de son terroir, à sa rivière qui l’entraîne vers le bec d’Allier et la Loire. Et n’oublions pas, afin de faire mieux connaissance, puisqu’il s’agit ici d’une présentation originale, les musiques que chante sa cornemuse bourbonnaise. A rappeler l’enchaînement des images, la musique des mots et l’originalité des poèmes soufflés par une inspiration d’évidence. Un souffle de bocage.

P.-S.

Collection Témoins
Ils l’ont vécus, ils le racontent à leur manière : prose, poème, photographies, dessins...
dirigée par Claire Maggi

Auteur : Manu Paris est le secrétaire de mairie d’une commune rurale du Bocage Bourbonnais. Musicien et compositeur dans le group d’Arts et Traditions Populaires La Chavannée, il est un sonneur reconnu des grandes cornemuses du centre. Né à Bourbon-l’Archambault en Octobre 1966, son "territoire d’inspiration" se délimite par la forêt de Tronçais à l’ouest et la rivière Allier à l’est, pour mlaquelle il éprouve depuis son adolescence un grand attachement. Passionné par son ancienne batellerie, il est un acteur de sa renaissance et linitiateur de nombreux voyages fluviaux avec ses compagnons bateliers Chavans.
Préface : Jacques Paris
Presse : La Montagne 3 Janvier 2017 Qui lit régulièrement le blog des Chavans, « Hors du Temps », remarque bien sûr l'inspiration d'Emmanuel Paris, dit « Manu », à partir du Pays lui-même, le balancement des phrases, la mise en scène des manifestations batelières et, grand luxe, l'expression poétique d'une âme puissante. Manu, modeste par essence, ne parle habituellement pas du ressort qui l'anime, mais cette fois, c'est fait avec la publication, cette fin d'année, aux éditions Grandvaux (collection Témoins) de son premier recueil de poèmes : Bleu Caporal. Manu Paris appartient autant à la suite logique et naturelle des humains qu'à l'univers minéral de son terroir, à sa rivière qui l'entraîne vers le Bec d'Allier et la Loire. Les aspects sensibles de son territoire se sont imposés avec force à l'aube de ses 30 ans. Secrétaire de mairie à Pouzy-Mésangy, musicien compositeur dans le groupe d'arts et traditions populaires « La Chavannée », Manu Paris est également un sonneur reconnu des grandes cornemuses du Centre. Son livre est un recueil de ces voyages autoroutiers, nécessitant de longues heures de patience, loin de sa maison : « Ma démarche artistique est toujours la même, explique-t-il. Je capture photographiquement une scène qui me touche, entre bocage et rivière » Puis vient la mise en musique des mots, bien souvent dans le camion qui le transporte vers ses concerts. « Ceci pour dire que ce n'est jamais une idée qui me traverse mais bien une image qui me conduit. C'est ainsi que j'ai bâti ce recueil d'une trentaine de poèmes que je nomme Bleu Caporal. »

-------------------------------------------------------------------- « Bleu Caporal » de Manu Paris LUNDI 30 JAN 2017 ACTUALITÉS, ARTICLES, PRODUCTIONS Bleu Caporal est un ouvrage où règne la justesse d’une vision du monde qui m’a plongé au cœur du pays de l’auteur; et cette justesse a fait couler en moi une parole, voir un langage, que je suis persuadé d’avoir compris, sans l’avoir préalablement appris. Tout ici est taillé au plus près, jusqu’à l’os, pour plonger le lecteur dans le sentiment paradoxal d’avoir une vision globale de tous ces paysages. Taillé à la main, sans rien laisser d’inutile, de futile, tout est là, fait d’un seul geste, sûr et solide, comme l’on marche sur l’eau, vite, pour ne pas se mouiller. L’auteur touche au cœur, car il est posé sur l’artère disant définitivement adieu à la veine superficielle. Il coule du sang dans les mots et de l’eau de l’Allier les recouvre. Il coule du sang sur le bocage mais une pellicule de vert le cache. Manu Paris nous raconte et nous résume à bout d’encre ce pays que nous aimons désormais sans le connaître. Tout en lui est rassemblé et dans cette écriture il éclaire le chemin qui nous conduit jusqu’aux lieux qui le hantent. Il est dedans, les mains enfouies dans le ventre de sa Terre, dans son ventre initial, avec le sexe de cette Terre sur sa bouche. De page en page apparaît son regard, celui d’un auteur à hauteur d’un Eugène Guillevic ou d’un Jean Follain, un regard qui sait qu’il a vaincu l’espace qu’il occupe, pour avoir accepté de s’y perdre. Le 28.01.2017 André Ricros

-------------------------------------------------------------------- Le livre de Manu Paris m’a offert ses pages comme une pile de cadeaux empaquetés au pied d’un sapin de Noël. Chaque poème est une offrande d’écriture, traversé par une générosité brûlante : le lexique y est fourni, la prose charnue, les images florissantes. Très loin des régionalistes plaquant leurs vers sur le récit descriptif du « pays » vu d’un surplomb distant, Manu fait corps avec ce qui l’environne : les prairies, les gestes, les animaux, la rivière, la partance. Il y a quelque chose des grandes odes maritimes qui jaillit à petits jets entre les lignes. Manu est à la fois l’ami de la pirogue des grands voyages et celui des arbres profondément, tendrement enracinés dans les terres du Centre de la France avec le bois desquels l’homme fabrique sa barque. Il est à la fois le chantre d’un terroir revisité par l’émotion de l’instant présent, et d’un monde de mythes et de fantasmes qui prolonge les regards, les sourires, les mains tendues et les pas. Miroir d’un fort intérieur chargé d’émotions, son style semble suivre les mélismes cornemusiens de sa pensée, de sorte qu’une forme d’écriture de l’inconscient, du flux, vient rénover avec grâce le genre en question. Résolument ancré dans un présent passionné, vif bien qu’en proie à une certaine fragilité, le regard de Manu sur les choses qui l’entourent couronne la lecture du recueil. Il y a dans cette mise à nu le dévoilement d’une abondance qui parfois sait se taire, pour mieux resurgir sur le papier. Une générosité. « La beauté est le nom que l’on donne aux choses pour les remercier du plaisir qu’elles nous donnent ». Fernando Pessoa Le 30.01.2017 Romain « Wilton » Maurel
Extraits :

Portfolio

Bleu caporal, poèmes de Manu Paris