Accueil du site > Collections > Récits > Poche > Carnet de la route du ciel

Un certain nombre de nos livres sont disponibles en numérique sur :

http://www.cyberlibris.com
https://dawsonera.com

Éditions GRANDVAUX
18410 BRINON-SUR-SAULDRE
Tél. : +33(2) 48 58 55 58
editionsgrandvaux hotmail.com
Mail : cliquez-ici

Comment acheter nos livres

Dans toutes les bonnes librairies

diffusion/distribution Humensis

pour les libraires :

libraires editions-belin.fr

Carnet de la route du ciel

de Christophe Paulino

mercredi 1er novembre 2006

ISBN : 2-909550-46-X
Code Belin : 645046
Format : 13x20 cm
Nombre de pages : 128 pages
Prix : 15 €
Autres infos :
Date de publication :

Partir.. Pour Christophe Paulino et ses amis, partir est un prétexte. Prétexte à renforcer des liens forgés depuis l’enfance dans cette bonne ville de Dunkerque. Prétexte à une aventure de l’autre côté de cette mer qui bouge sans cesse. Un drôle de voyage au cœur de la douce Irlande où un petit coin de parapluie peut devenir un coin de paradis... où l’on peut voir dans la mousse de la bière partagée comme un reflet de la vie.
Un livre à lire en pantoufles, qui vous transporte très loin. Attachez vos bretelles ! Vous partez en voyage...

Auteur : Christophe Paulino
Préface :
Presse :
Extraits : " On va remonter le temps en Irlande. C'est vert, liquide, avec de la lumière et des brumes. On va atterrir par bateau, rouler à l'envers, parler couramment, s'arrêter pour pisser en souriant, saouls de rire. C'est nous « les Prout », que v'là. C'est Bout qui dit qu'on s'est appelé comme ça parce que « les Beatles » c'était déjà pris. C'est nous que v'là, on a quarante ans parce que tout ça c'est du calcul mathématique de vieillissement de papiers. A notre âge il faut écrire ; il est temps. Imaginer ? Raconter ? Mélanger ? Ecrire chacun de son coté, mais ensemble, comme les vies ; les croiser... On voyage encore, pour de vrai, et puis on pousse plus loin, avec nos cervelles de pigeons. On s'arrête, essoufflés, le cœur battant de bonheur, crevés, avec un zygomatique-elbow, une crampe à la langue, et aucune idée de l'heure. Pour l'instant c'est quelque chose, dans nos têtes qui tourne, des couleurs, des ambiances de pubs, des airs de bière, des odeurs d'irish coffee, des blancs tout roux, des chiens trempés. J'ai déjeuné avec Bout ce midi, on en a parlé. On se disait qu'on pourrait s'acheter des maillots de rugby de l'équipe d'Irlande, pour pas faire touriste. Mais on irait avec la vieille 309 de Vincent, qui a déjà fait trois fois le tour du monde sans vidange. On ne peut pas prendre la 405 qu'ils viennent d'acheter d'occasion parce qu'elle est neuve. C'est dommage, parce qu'avec les clubs de golf, les cannes à pêche, le vin et les sacs, ce serait bien d'avoir une grande voiture. Un break ce serait l'idéal ; Bout il a bien un break mais c'est celui de sa femme, et il a pas le droit de le conduire à gauche. Quand même ! Que de chemin parcouru depuis cette interdiction de conduire le break de sa femme à gauche ! Quand il n'avait pas de femme à lui, c'était pas comme ça. Il avait pas de permis non plus, mais c'était pas embêtant vu qu'il avait pas besoin de permission. Aujourd'hui il faut composer autre chose que des poèmes, c'est l'amour qui veut ça, l'amour moderne. L'amour moderne c'est quand on est amoureux d'une femme moderne ; Qui sait dire : « tatatatatata, pas question de... », et alors il faut discuter, et discuter, et on palabre modernement, gentiment ; non mais pour dire ! ... Bien sûr on est tous les quatre mariés de façon moderne, avec des femmes modernes jusqu'au bout des ongles, et même de ce point de vue presque avant-gardistes. Alors Patrick, il aurait eu l'autorisation de prendre le break de Laurence ; je pense que Laurence aurait accepté (Laurence, la femme de Patrick, pas Laurence la femme de Bout qui s'appelle Laurence comme Laurence). C'est toujours pareil, quand c'est pas elles, elles disent oui, mais quand c'est elles, là non. Mais là, parait-il que c'est pas que les femmes modernes d'aujourd'hui qui font ça."

Portfolio